Regrets d’un soir

Je n’ai pas osé 
Te toucher, t’embrasser 
Ni te retenir 
Des heures à discuter 
A se regarder 
Sans oser se toucher 

J’aurais voulu m’endormir dans tes bras 
Au son de ta voix, suave et envoûtante 
M’expliquant ces désastres écologiques 
J’aurais dû faire un geste 
Oser franchir la frontière de l’amitié
Et créer un nouveau monde
Paralysés par la peur
Électrisés au moindre contact
N’aies pas peur
Embrasse moi 
Surprends moi 

Août 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *